Archive d’étiquettes pour : Management

Je suis parfois un peu surpris par le manque de respect de certains jeunes Scrum Master face aux anciens chefs de projets et à leurs « anciennes méthodes » dites prédictives. Pourtant, ces « vieux chefs de projets » avec leurs anciennes méthodes de conduite de projets ont parfois à leurs actifs de belles réussites.

Bien souvent, il est a noter certaines différences entre les chefs de projets peu et fortement expérimentés, comme la conscience des risques sur les projets qui est proportionnelle à l’expérience.

Est-ce là l’effet Dunning-Kruger qui se manifeste et qui démontre que les personnes les moins compétentes surestiment leurs compétences, alors que les plus compétents ont tendance à les sous-estimer.

Chez un bon chef de projet, l’expérience est primordiale pour forger nos compétences, remplaçons donc le terme « incompétence » par « peu expérimenté » et nous obtenons les symptômes suivants :

  • Un chef de projet ou scrum master peu expérimenté tend à surestimer son niveau de compétence,
  • Un chef de projet ou scrum master peu expérimenté ne parvient pas à reconnaître la compétence dans ceux qui la possèdent véritablement,
  • Un chef de projet ou scrum master peu expérimenté ne parvient pas à se rendre compte de son degré d’incompétence et de sa faible conscience des risques,

L’expérience acquise par ces chefs de projet ou scrum masters, synonyme de nouvelles compétences, leur permet de reconnaître et d’accepter leurs lacunes antérieures.

Si vous êtes un chef de projet ou scrum master peu expérimenté, gravez la première assertion dans vos neurones. Et dites-vous bien que ces chefs de projet « old school » plus expérimentés qui vous entourent ne vous racontent pas que des bêtises sur la conduite de projets !

Cet effet est particulièrement gênant sur des projets à risques, et il se vérifie assez facilement dans les projets à forts enjeux gérés en approche Agile.

Les chefs de projet ou scrum masters les moins compétents surestiment leurs compétences, alors que les plus compétents ont tendance à les sous-estimer.

Attention cependant à ne pas mal interpréter ces lignes pour les plus expérimentés, d’autres facteurs vont conditionner la capacité à bien gérer un projet : le niveau de formation, l’éducation, les croyances, la culture, les compétences interpersonnelles… Autant de facteurs qui vont influer sur vos raisonnements et votre attitude dans la gestion d’un projet.

Sur ce, bons projets aux uns et aux autres !

 

Le chef de projet est-il réellement mort ?

Mais non, je vais rassurer de suite certains, nos jeunes Scrum Master et Product Owner n’ont jamais eu autant besoin de ce bon vieux chef de projet expérimenté ! Les méthodes agiles ne vont pas tuer les chefs de projets, responsables de projets ou le PMO (Project Management Office – « bureau de gestion de projets »). Par contre, ces métiers sont en évolutions constantes et se professionnalisent. Et c’est tant mieux ! Pour résumer, le chef de projet, c’est un peu comme un roi ! Le chef de projet est mort, vive le chef de projet ! Attention tout de même, l’histoire des rois ne termine pas forcément très bien 😕

Quelles évolutions pour la gestion de projet ?

Petit à petit, le développement de la gestion par projet dans les entreprises a fait prendre conscience de la nécessité de mieux gérer cette approche à la fois au niveau stratégique, organisationnel et humain. Nous assistons a une prise de conscience de la nécessité de créer une cellule ou un service de management des projets. Cela devient de plus en plus un domaine stratégique pour l’entreprise. Et nous assistons à la création de PMO, ou cellule de gestion des projets au sein de plus en plus d’entreprise et d’organisation. Cette création entraîne également la pleine reconnaissance du rôle de chef de projet (ou responsable de projet), au lieu d’ajouter des tâches de gestion de projets à des employés déjà occupés sur d’autres activités.

Quelles évolutions majeures pour le responsable de projet ?

A moins que vous ayez passé les deux dernières années sur l’île Surprise (à vous de chercher où ça se trouve 😆 ), vous savez que désormais le responsable de projet doit être agile … Très bien, mais encore ? Aujourd’hui, les projets doivent être plus flexibles, plus collaboratifs, plus itératifs. Un chef de projet doit désormais s’adapter quasiment en temps réel aux demandes de leurs clients ou commanditaires. Mais dois-je oublier ce que j’ai appris sur la gestion de projet avant l’arrivée de Scrum et consort ?

Non, rassurez-vous avant de repartir immédiatement sur votre atoll (tiens, tiens, je viens de vous donner un indice pour l’île Surprise), le chef de projet doit plus que jamais, gérer les coûts, les approvisionnements, les risques, les parties prenantes, les ressources humaines, la qualité, les livrables, les délais des projets. Et vos connaissances et expériences en matière de conduite de projet restent indispensables et valent de l’or pour les jeunes Scrum Master et Product Owner ! Et l’agile ne va pas vous tuer, mais vous conforter dans votre expérience et savoir faire si vous savez vous adapter à la modification du processus projet. L’Agilité, on en fait tout un tapage médiatique, pour permettre à certains consultants de se justifier, de bien facturer, pour se payer leur prochain séjour sur l’atoll Surprise, mais c’est juste une évolution naturelle des processus de conduite de projet vers une approche plus flexible et plus itérative.

Le Scrum Master m'a tuer

Le Scrum Master m’a tuer – Pour les plus jeunes, voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Omar_m’a_tuer

Le Scrum Master, le Product Owner et le chef de projet peuvent-ils cohabiter ensemble sur un même projet ?

Sur des petits projets, pas nécessairement, par contre, sur des projets importants, chacun va gérer sa partie. Le chef de projet est là pour gérer les ressources humaines, le budget, la gestion des parties prenantes, les risques, les approvisionnements… Le Scrum Master et le Product Owner vont quant à eux gérer la réalisation en approche agile en gérant les priorités, la coordination des équipes, le respect des délais à court terme, la qualité des livrables par Sprint, l’intégration en continu…

Mon processus projet doit-il être forcement agile ?

Tout d’abord, il n’y a pas de débat sur un point, l’Agilité est une approche qui va perdurer, même si elle peut prendre un nouveau nom d’ici quelques années pour raison marketing ! Cette approche permet d’augmenter les chances de réussite de beaucoup de projets, particulièrement dans le domaine du développement informatique. Si aujourd’hui, je dois me lancer dans un projet de développement, je n’hésite pas pour adopter cette approche dans mon projet. Et pourtant, sur d’autres types de projets, plus innovants, plus impactant pour l’organisation, plus stratégique, plus long pour leur réalisation, nécessitant beaucoup d’intervenants, je commencerais par une approche plus classique avant d’adopter ou non l’approche agile.

Peut-on imager l’approche agile pour développer un projet d’habitat sur Surprise ? Non, une bonne gestion de projet correctement initialisée avec la prise en compte des parties prenantes (en l’occurrence, pour Surprise, il s’agit des tortues, des frégates, des fous, des raies…) et une gestion du risque vous indiqueront très rapidement qu’il ne faut surtout pas lancer un tel projet, même en approche agile …

Pour terminer, où se trouve l’atoll « de la Surprise » ?

L’atoll de la Surprise est une île corallienne au nord-ouest de la Nouvelle-Calédonie. À ce titre, il est depuis 2008 inscrit avec les lagons de Nouvelle-Calédonie au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos relations en cliquant sur les boutons ci-dessous :
[sgmb id= »1″]

 

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

 

MSI.nc vous propose aujourd’hui un petit billet d’humeur sur les méthodes de conduite de projet … bonne lecture !

MSI.nc, ne respecte pas toujours à la lettre, le principe des méthodes à Gilles, c’est grave docteur ? Il faut que je consulte et que je me soigne ? Tout d’abord, on ne dit pas les méthodes à Gilles, on dit les méthodes de Gilles ! Non, c’est les méthodes Agiles ! 😉

Tout ça pour vous dire que les « Ayatollahs » de l’agilité me fatiguent un peu ! Qu’il se nomme Gilles ou non d’ailleurs ! De la méthodologie, oui, une méthodologie universelle, non !

Ceux qui prônent l’agilité comme étant la méthode ultime ne m’ont pas convaincu. En vérité, que l’on soit agile, ou non, si l’on ne prend pas en considération le facteur humain, on ne va pas aller bien loin ! Et ma conclusion est simple quand on ne sait pas où on va, peu importe comment

Pour l’instant, et me concernant, je n’ai vu appliqué cette méthode que dans le cadre de projet de développement logiciel (en informatique donc).

D’un point de vue management, cette méthode a de nombreux intérêts, car elle crée du lien entre les intervenants et une véritable dynamique. Pourquoi, car elle apporte de vrais outils concrets en termes de gestion des interactions entre acteurs.

En revanche, là où je suis sceptique, c’est sur la capacité de cette méthode à apporter une aide à la décision pour clarifier l’objectif des projets. Je crois que certaines décisions capitales doivent être prises et nécessite des qualités interpersonnelles des personnes en charge du projet. Ces qualités, on ne les trouve pas prêtes à l’emploi dans une méthode, qu’elle qu’elle soit. Un bon chef de projet ou un bon « product owner«  (Propriétaire du produit) doit avant tout posséder du sang-froid, du « flair », de la capacité à communiquer, écouter, à prendre des décisions… ([wp-svg-icons icon= »pencil » wrap= »i »] pour aller plus loin sur ce sujet, voir les compétences interpersonnelles en gestion de projet)

Tout cela, ce n’est pas uniquement dans les manuels, les méthodologies, qu’elles soient agiles ou non, mais dans les qualités des individus, dans l’expérience. Parce que, il faut bien l’avouer, la gestion de projet, c’est avant tout assez souvent : « Houston on a un problème » … et personne au bout de la ligne !

Bien souvent, on voit des projets adopter une approche Agile, et dès les premières turbulences sérieuses, qui font sortir le projet de son « domaine de vol », on voit la dynamique de l’équipe dite « auto gérée » s’étioler et l’on voit un « product owner » ou une partie de l’équipe faire appel à la hiérarchie. Ce comportement et la méthode d’approche dans ce type de situation vont donc fortement dépendre de la culture des individus qui composent l’équipe et de la culture d’entreprise. Donc, tenir sur la durée n’est pas toujours facile avec les méthodes Agiles. Adopter ce type de méthode sur des durées relativement courtes minimise ce risque !

En conclusion, quelle que soit la méthode de conduite de projet adoptée, n’oubliez pas les facteurs humains !

Et je voulais dire à Gilles, sans rancune, on va l’appliquer ta méthode Agile !

Pour aller plus loin, quelques liens sur les méthodologies par MSI.nc

Liens sur les méthodologies

Liens sur les compétences interpersonnelles en gestion de projet

Les formations sur la gestion de projet par MSI.nc

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos relations en cliquant sur les boutons ci-dessous :
[sgmb id= »1″]